Au sujet de l’alliance entre M. Estrosi et M. Macron

La rencontre de ce matin entre M. Estrosi et M. Macron est plus qu’un symbole. C’est une clarification salutaire de la campagne électorale que nous ne nous lasserons pas de décrypter.
“Travailler ensemble”, dans le “respect”, “voire l’amitié”… La poignée de main est plus que cordiale, les mots échangés sont doux, et l’on prend à peine la précaution de dire qu’il ne s’agit pas d’un ralliement.
Si ce n’est pas un ralliement, c’est en tout cas une belle alliance, en bonne et due forme. Les Français ne sont pas dupes, il faut cesser de les prendre pour des imbéciles.

Cela ne surprend guère de la part de M. Estrosi, lui qui codirige déjà dans les faits la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur avec M. Castaner, socialiste, premier et indéfectible soutien de M. Macron. L’alliance LR-PS s’était déjà manifestée lors des élections régionales de 2015, elle se renforce aujourd’hui.

Et l’alliance ne change pas d’objectif, puisqu’il s’agit nous dit-on, pour les deux camps, En Marche et LR, d’unir leurs forces pour lutter contre le Front National.
Toujours la même rengaine, toujours la même façon de se défausser de ses échecs. Eh bien je dis à MM. Macron et Estrosi, que mon objectif à moi est de lutter contre les ravages de leur politique, de lutter contre le chômage, contre la baisse du pouvoir d’achat, contre l’insécurité, le terrorisme et contre l’immigration de masse.

Les Français, de PACA et des autres régions, voient bien que le système n’hésite plus désormais à afficher son union, pour la sauvegarde des postes, des prébendes, mais contre l’intérêt des Français, grands oubliés de ces manoeuvres politiciennes. Les électeurs de M. Fillon sont d’ores et déjà prévenus. A bon entendeur…

Signature de La Marine Le Pen