Jeux Olympiques : la trahison linguistique

Décidément, nos élites n’aiment pas la France. Pire, elles la méprisent. Chaque fois qu’elles le peuvent, elles capitulent pour mieux abandonner un peuple qu’elles ne supportent pas. Et cette détestation s’étend à notre langue.

Les jeux olympiques modernes ont été institués par un Français, Pierre de Coubertin. Le français est la langue officielle de l’olympisme.
Et pourtant, que fait le comité pour l’organisation des jeux à Paris en 2024 ? Il choisit un slogan en anglais. Bien évidemment, est invoqué un prétexte d’efficacité. Les membres du Comité International Olympique demandent que le dossier de candidature soit rédigé en anglais. Mais le slogan, la devise, est d’une autre nature. Elle symbolise le pays hôte !

Il faut le dire clairement : nos élites, ou plutôt celles qui se prétendent encore telles, ont abandonné la langue française. Elles la trouvent ringarde. Ce choix pour l’anglais a été approuvé par toutes les autorités publiques qui participent à ce dit Comité d’organisation : l’État, la région Île-de-France, la ville de Paris et d’autres encore. Qu’elles se disent de droite ou de gauche, elles ont accepté cette reddition sans combat. Cela me navre et me met en colère.

Comment, d’ailleurs, ne pas se souvenir qu’il y a quelques jours Emmanuel Macron est allé tenir une réunion publique à Berlin… en anglais ? Ce refus de s’exprimer dans la langue de son pays montre le peu de considération qu’il a pour celui-ci. Et il prétend néanmoins vouloir présider à sa destinée !

Pourtant, une étude récente indiquait que le français est la troisième langue “la plus parlée” dans le monde, après l’anglais et le mandarin. Notre langue nationale est une des forces de notre pays. D’abord, parce qu’elle brise le monopole que le mondialisme ultra libéral tente de conférer, non à l’anglais d’ailleurs, mais à un « globish » appauvri et sans relief. Ensuite, parce que la francophonie est une réalité, notamment en Afrique. Elle est une richesse culturelle magnifique. Enfin, parce que ceux qui parlent notre langue seront toujours attirés par nos produits.

Présidente de la République, je ferai respecter la Constitution qui dispose que le français est notre langue. Les Comités Théodule ne pourront plus procéder à des trahisons linguistiques, de surcroît avec l’argent public. Je serai l’avocate de la francophonie partout dans le monde.

Français, aimons la France, soyons fiers de parler le français !