Lettre à mes compatriotes d’outre-mer

Marine Le Pen voile

Chers compatriotes et amis ultramarins,

J’ai voulu prendre ma plume pour vous adresser un salut particulier.

Un salut, peut-être, un peu trop rare n’ayant pas l’occasion de vous parler aussi souvent que je le souhaiterais.

Un salut à vous toutes et tous qui vivez au-delà des océans.

Un salut à vous toutes et tous, dont nous sommes si fiers que vous représentiez la France et son rayonnement sur quatre continents et dans trois océans.

Un salut à vous toutes et tous qui vivez si loin de nos yeux, mais si près de notre cœur.

A vous toutes et tous, j’adresse un salut chaleureux.

Un salut d’estime et de reconnaissance car, ce sont bien les sentiments que je ressens dès lors qu’il s’agit de nos terres lointaines qui permettent à la France d’avoir une certaine vision du monde.

Un salut d’estime et de respect car c’est un attachement personnel et ancien que j’entretiens à votre égard.

A vous tous, compatriotes d’Amérique, du Pacifique, de l’Océan Indien, je souhaite adresser un message de solidarité et d’amitié.

Solidarité face à un chômage omniprésent.

Un chômage de l’ordre de 30 %, le triple de celui de la métropole.

Un chômage structurel et long.

Un chômage qui effraie nos prétendus hiérarques, au point de faire l’objet d’un traitement séparé au moment de la publication mensuelle des statistiques. Conférant ainsi, au demandeur d’emploi ultramarin, un inacceptable statut de citoyen de seconde catégorie !

Solidarité face à une insécurité qui fait de la Guadeloupe le département le plus criminalisé de France.

Solidarité face à une immigration massive et incontrôlée. Cette immigration qui, en son temps et des bords du Maroni, avait fait dire au Premier ministre socialiste, Michel Rocard, que la France ne peut accueillir toute la misère du monde. Qu’elle soit Surinamienne, Haïtienne, Comorienne, ou tout autre, l’immigration contribue, comme en métropole, à accentuer la déstabilisation de la société.

Le tableau peut sembler bien sombre …Il l’est … ! Il est celui de l’absence d’horizon et d’espoir, celui de 35 ans de navigation à vue, de rafistolages et de dépendance qui humilient.

Dépendance financière : 50 % des financements publics se font sous forme de transferts de la métropole ou de l’UE.

Dépendance sociale qui engendre la perte de ses repères par une partie de la société, et particulièrement les plus jeunes qui ne se reconnaissent plus dans les structures que constituent famille, école ou commune.

Dépendances qui avaient fait dire à l’écrivain guadeloupéen, Daniel Maximin : « l’outre-mer est la seule région de France pour laquelle on demande : combien ça coûte ? ». Propos qui, en période de crise, résonnent de façon inquiétante…

Dépendances qui font tenir à certains hommes politiques des propos inqualifiables, où il est question de confettis d’empire, de danseuses de la République et… d’indépendance !

A ces irresponsables PS ou républicains dans l’esprit desquels l’outre-mer n’est qu’un réservoir de voix où l’on vient faire une tournée de temps à autre , je veux rappeler que notre patrimoine national s’est enrichi de l’action de personnalités aussi diverses que le grand commis de l’Etat Félix Eboué, Gaston Monnerville, président du Sénat, les grands poètes Aimé Césaire et Saint John Perse , notre ancien Premier ministre Raymond Barre ,le prix Goncourt , Patrick Chamoiseau , Edouard Glissant , Raphaël Confiant , ses pairs, l’aviateur Roland Garros , héros de guerre , et tant d’autres…

A ces irresponsables, je voudrais rappeler l’émotion suscitée par une Marie-Josée Pérec drapée dans nos trois couleurs et effectuant des tours de stade de victoire aux JO d’Atlanta.

A ces irresponsables, je voudrais demander de réfléchir au nombre de kilomètres de trajet effectués par les volontaires du Bataillon du Pacifique pour participer aux combats de libération de notre patrie !

A ces irresponsables, je veux dire que jour après jour, nos compatriotes d’outre-mer contribuent à l’avenir de la France.

Un avenir que construira la jeunesse d’outre-mer.

Cette jeunesse qui a besoin d’une vision à long terme, d’un véritable plan inscrit dans le temps .Qui lui assureront la stabilité nécessaire à la prise en mains de son destin. C’est la fierté de cette jeunesse, sa dignité, sa pugnacité et son efficacité, dans le respect de sa culture et de ses traditions et sous le sceau de la modernité, qui valoriseront les atouts de cette France des trois océans.

Nous devons, aujourd’hui, en finir avec les slogans et les incantations des partis politiques traditionnels, de l’UMPS qui parle de l’Outre-mer comme étant une chance pour la France sans lui en donner les moyens !

Le monde change !

La Chine, entre 2000 et 2007, a multiplié par sept ses investissements dans le Pacifique Sud

L’Afrique, au large du canal du Mozambique et en face de l’Ile de la Réunion, constitue par sa croissance le nouvel « Eldorado » du XXI e siècle.

L’Asie-Pacifique sera l’un des principaux champs de bataille de la guerre économique à venir.

Dans ce contexte, beaucoup voient la France comme une puissance européenne et continentale, alors que nous sommes une puissance mondiale et maritime. Et pas n’importe laquelle, la deuxième.

Le XXI ème siècle sera maritime ne nous y trompons pas.

Et en cela, oui l’outre-mer constitue une véritable chance pour la France. Et notre gouvernement donnera tous les moyens nécessaires à nos départements, collectivités et pays d’outre-mer afin de leur permettre d’assumer leur rôle de bases avancées du développement économique de la France dans les pays émergents et à forte croissance.

Moyens fiscaux, au travers de Zones Ultramarines d’Investissements Prioritaires, outil économique et social indispensable pour susciter l’investissement et la création d’emplois, renforcer l’attractivité de chaque territoire et lui permettre d’investir, à son tour, dans son environnement régional.

Moyens scolaires, avec la création d’établissements de formations aux métiers du tourisme, de la mer.

Moyens scientifiques avec l’implantation généralisée de l’IFREMER

Moyens administratifs avec des directions dédiées dans les différentes administrations.

Moyens institutionnels, au travers d’un « plan Marshall de la mer » se consacrant aux villages marins, cultures marines, aux énergies marines renouvelables, aux biotechnologies bleues, aux ressources minérales, aux terres rares …

Parce que vos départements sont géographiquement éloignés des centres de décision nationaux, parce que les problèmes rencontrés sont d’une évidente spécificité, parce que vous évoluez dans un environnement international particulier …Pour toutes ces raisons, et pour tellement d’autres, le président de la République se doit d’avoir un regard attentif et particulier.

Car dans le siècle dans lequel nous entrons, le succès appartiendra aux plus réactifs et aux plus aptes aux changements.

Pour finir, chers compatriotes ultramarins qui me lisez, je vous demande de vous faire mes porte-parole autour de vous. Merci de transmettre mes messages de respect, d’estime de reconnaissance, de solidarité et d’amitié. Merci de rappeler que mon attachement personnel et ancien pour l’outre-mer fait que, pour vous, si loin des yeux, je garderai toujours, une place privilégiée dans mon cœur.